Contraception

Publié le par MLSA

Le rapport de l’IGAS [octobre 2009] sur l'avortement et la contraception, qui vient d’être publié, pointe entre autres les inégalités territoriales dans l'accès aux centres d'éducation et de planification familiale et les lacunes de l'information. La diffusion massive de la contraception n'a pas fait diminuer le nombre des IVG (200.000 par an) et le fonctionnement réel des dispositifs contredit trop souvent la volonté affichée de donner la priorité à une approche préventive.

 

contracep.jpgLes jeunes peuvent recourir de façon gratuite et anonyme à la contraception d'urgence et à l'IVG, mais pas à la contraception régulière, sauf dans les centres d'éducation et de planification familiale, dont l'accessibilité demeure limitée.

 

L'IGAS formule des propositions visant notamment à renforcer l’approche préventive par l’information et l’éducation sexuelle dès le plus jeune âge, et à développer les actions d’accompagnement dans les lieux extrascolaires et en direction des populations en situation difficile.

 

La loi doit être mise en œuvre par une impulsion politique forte. Les questions relatives à la maîtrise de la fécondité doivent être une priorité dans la définition et la mise en œuvre concrète des politiques notamment de santé publique, d’éducation et de formation, d’action sociale et d’insertion, d’accès à l’information et aux droits…

 

Pour télécharger le rapport, cliquez ici : http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/remise-du-rapport-de-l-igas-sur-la-contraception-et-l-ivg-concerant-l-evaluation-de-la-loi-de-2001.html

Publié dans Les jeunes

Commenter cet article